Architecture Microservices

Architecture Microservices

Introduction

Avec la demande croissante des entreprises, nous développons désormais des projets très vastes et complexes qui prennent plus de temps à construire et à déployer. Chaque fois que le contrôle qualité signale un problème, nous devons le déboguer ou le corriger, puis déployer tout le code. Pour réduire ces complexités, la plupart des organisations s’orientent vers l’architecture microservices pour un déploiement facile et un fonctionnement fluide des services.

Avant de parler de microservices, nous devons comprendre la différence entre l’approche applicative traditionnelle et l’approche applicative microservices.

Architecture monolitiques VS Architecture microservices

La mise à l’échelle des applications monolithiques se fait en clonant l’application sur plusieurs serveurs par contre pour les microservices, la mise à l’échelle se fait en déployant chacun indépendamment avec plusieurs instances sur des serveurs.

Une application monolithique est une architecture hexagonale ou modulaire en couches qui se compose de différents types de composants ou couches.

  • Couche présentation
  • Couche de services
  • Couche de logique métier
  • Couche d’accès à la base de données

L’architecture est logiquement modulaire, l’application est packagée et déployée sous la forme d’un monolithe c’est-à-dire ayant tous les composants et services nécessaires associés encapsulés dans un package.

Architecture Monolithique VS Architecture Microservices

L’idée de l’architecture microservices consiste à diviser votre application en un ensemble de services interconnectés plus petits au lieu de construire une seule application monolithique. Chaque microservice est une petite application qui possède sa propre architecture hexagonale composée d’une logique métier et de divers adaptateurs. Certains microservices exposeraient une API REST, RPC ou basée sur des messages et la plupart des services consomment des API fournies par d’autres services. D’autres microservices peuvent implémenter une interface utilisateur Web.

Qu’est-ce que l’architecture microservices ?

Les microservices consistent à appliquer un certain nombre de principes et de modèles architecturaux en tant qu’architecture. Chaque microservice vit de manière indépendante, mais d’un autre côté, tous dépendent les uns des autres. Tous les microservices d’un projet sont déployés en production à leur propre rythme, sur site sur le cloud, de manière indépendante, côte à côte.

Architecture microservices

Ci-dessous une image depuis Microsoft Docs montre l’architecture microservices.

Architecture Microservices

Comme expliqué précédemment, les microservices sont de petits services indépendants qui peuvent interagir avec n’importe quel nombre de services ou différents types de clients.

Les principaux composants d’une architecture de microservices comprennent les éléments suivants :

  • Passerelle API (Englais : API Gateway) Agit comme un point d’entrée unifié pour le client.
  • Fournisseur d’identité (Englais : Identity Provider) Offre des services de validation dans un réseau distribué, contrôlant les données d’identité.
  • Gestion (Englais : Management) Maintenance des nœuds de services.
  • Réseau de diffusion de contenu (En englais : Content Delivery Network – CDN) pour répondre à des ressources statiques comme le contenu Web / contenu de page dans un réseau distribué.

Les avantages clés des microservices

Les avantages des microservices semblent suffisamment forts pour avoir convaincu certaines grandes entreprises telles qu’Amazon, Netflix et eBay d’adopter la méthodologie. Par rapport à des structures de conception plus monolithiques, les microservices offrent:

  • Amélioration de l’isolation des pannes : les applications plus volumineuses peuvent ne pas être affectées par la défaillance d’un seul module.
  • Éliminez le verrouillage du fournisseur ou de la technologie : les microservices offrent la flexibilité nécessaire pour essayer une nouvelle pile technologique sur un service individuel selon les besoins. Il n’y aura pas autant de problèmes de dépendance et l’annulation des changements devient beaucoup plus facile. Avec moins de code en jeu, il y a plus de flexibilité.
  • Facilité de compréhension : avec une simplicité accrue, les développeurs peuvent mieux comprendre les fonctionnalités d’un service.
  • Déploiements plus petits et plus rapides : bases de code et portée plus petites = déploiements plus rapides, ce qui vous permet également de commencer à explorer les avantages du déploiement continu.
  • Évolutivité : étant donné que vos services sont séparés, vous pouvez plus facilement mettre à l’échelle les plus nécessaires aux moments appropriés, par opposition à l’ensemble de l’application. Lorsque cela est fait correctement, cela peut avoir un impact sur les économies de coûts.

Les inconvénients des microservices

Le principal inconvénient des microservices est la complexité de tout système distribué.

  • La communication entre les services est complexe : puisque tout est désormais un service indépendant, vous devez gérer avec soin les demandes transitant entre vos modules. Dans un tel scénario, les développeurs peuvent être obligés d’écrire du code supplémentaire pour éviter toute interruption. Au fil du temps, des complications surviendront lorsque les appels distants subissent une latence.
  • Plus de services équivaut à plus de ressources : plusieurs bases de données et la gestion des transactions peuvent être pénibles.
  • Les tests globaux sont difficiles : tester une application basée sur des microservices peut être fastidieux. Dans une approche monolithique, il suffirait de lancer notre WAR sur un serveur d’application et d’assurer sa connectivité avec la base de données sous-jacente. Avec les microservices, chaque service dépendant doit être confirmé avant que le test puisse avoir lieu.
  • Les problèmes de débogage peuvent être plus difficiles : chaque service a son propre ensemble de journaux à parcourir. Journal, journaux et autres journaux.
  • Challengers de déploiement : le produit peut nécessiter une coordination entre plusieurs services, ce qui peut ne pas être aussi simple que de déployer un WAR dans un conteneur.
  • Grandes et petites entreprises de produits : les microservices sont parfaits pour les grandes entreprises, mais peuvent être plus lents à mettre en œuvre et trop compliqués pour les petites entreprises qui ont besoin de créer et d’itérer rapidement et qui ne veulent pas s’enliser dans une orchestration complexe.

Microservices dans le Cloud

Les microservices dans le cloud sont généralement déployés dans des conteneurs, car c’est ainsi que vous pouvez tirer le meilleur parti de l’infrastructure. De plus, les conteneurs sont isolés, s’exécutent n’importe où et créent un environnement prévisible. Cependant, il est également possible de déployer des microservices dans le cloud sans utiliser de conteneurs.

Les plates-formes cloud populaires sont dotées de plusieurs fonctionnalités conviviales pour les microservices, telles que:

  • Ressources à la demande
  • Tarification au fur et à mesure
  • Infrastructure as code
  • Déploiement et livraison continus
  • Services gérés (par exemple, gestion de la mise à l’échelle, de la configuration et de l’optimisation du logiciel, des mises à jour automatiques du logiciel, etc.)
  • Large choix de langages de programmation, système d’exploitation, technologies de base de données
  • Outils intégrés tels que Docker et Kubernetes

Microservices dans le Docker

La conteneurisation est actuellement l’une des plus grandes tendances du monde du développement. Docker, étant la plate-forme de conteneurisation la plus populaire, est un excellent outil pour créer des microservices. Vous avez différentes options pour structurer les microservices dans Docker.

  • Vous pouvez déployer chaque microservice dans son propre conteneur Docker.
  •  Vous pouvez également décomposer un microservice en différents processus et les exécuter chacun dans un conteneur séparé.
  • Vous pouvez utiliser Docker Compose pour exécuter des applications multi-conteneurs et cela peut vous faire gagner beaucoup de temps, car vous n’avez pas à créer et démarrer chaque conteneur séparément.
  • Vous pouvez configurer les microservices de votre application à l’aide d’un fichier YAML
  • Vous pouvez également utiliser une plateforme d’orchestration de conteneurs si vous disposez d’une application à grande échelle avec plusieurs conteneurs. Les deux outils les plus populaires sont Docker Swarm et Kubernetes. Les deux vous permettent de déployer des conteneurs sur un cluster d’ordinateurs au lieu d’une seule machine.
Illustration Docker sur la façon d’utiliser Docker Swarm et Compose ensemble pour gérer les clusters de conteneurs

Conclusion

Les microservices sont les plus adaptés aux applications à grande échelle. Les applications plus petites sont généralement mieux loties avec une base de code monolithique.

Il est plus facile de développer et de maintenir des microservices indépendants, la gestion du réseau nécessite des efforts supplémentaires. Les plates-formes de conteneurs, les pratiques DevOps et le cloud computing peuvent beaucoup aider à adopter l’architecture des microservices.

J’espère que cet article vous aidera à comprendre l’architecture microservices. Vos commentaires et critiques constructives sont toujours appréciés, vous pouvez également lire notre dernier article concernant JavaScript et XML asynchrones (AJAX).

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *